Actualités

 

Non, l’urbanisation ne détruit pas rapidement les terres nourricières du pays. À condition qu’elle soit maîtrisée…

 

SNCF Ouigo

En réponse à une étude de la SAFER (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) largement reprise dans la presse ces derniers jours, le SNAL, en sa qualité d’expert de l’aménagement, tient à nuancer la situation. « Le grignotage des sols agricoles par l’urbanisation est en train de détruire rapidement les terres nourricières de notre pays », s’alarme le président de la Fédération nationale de la SAFER, Emmanuel Hyest, à l’issue de la présentation des chiffres 2016 des marchés fonciers ruraux. Une réalité plus nuancée sur le terrain, où l’artificialisation des sols demeure bel et bien contenue.


Rappel des faits. L’artificialisation des sols, le fameux « grignotage des terres » mis en cause, concerne en fait 9,3 % des terres du territoire national, si l’on y inclut les espaces verts urbains et les équipements sportifs. Le chiffre interpelle. Pour autant, il ne doit pas cacher un autre fait majeur : avec une progression de 0,8 % par an depuis 2010 (contre +1,3 % par an depuis le début des années 90) établie par le ministère de la Cohésion des territoires, l’artificialisation des sols demeure bel et bien contenue.


"La mise en place du PLU a contribué à raréfier le foncier, compliquant ainsi la réponse aux problématiques du logement…"


La mise en place d’outils de planification urbaine, et en premier lieu du Plan local d’Urbanisme (PLU), n’est pas étrangère à ce résultat. Mais si le PLU a effectivement joué un rôle de régulateur d’équilibre entre espaces à urbaniser, espaces ruraux, naturels, agricoles et forestiers, il a aussi freiné la construction, contribué à raréfier le foncier constructible et, par ricochet, pénalisé la production d’une offre de logements abordables, en dépit des efforts nourris par les opérateurs. Or, une densification à marche forcée tend inexorablement à augmenter les prix de l’immobilier mais aussi le coût des politiques curatives mises en place par l’État contre le mal-logement.


"… D’où l’importance de l’aménagement, véritable arme anti-gâchis dans l’artificialisation des sols…"


Tiré par la reprise économique et une santé retrouvée du secteur de la construction, le taux d’artificialisation des sols est, malgré tout, reparti à la hausse en 2016. Le cri d’alarme du monde agricole n’est donc pas illégitime, tant s’en faut. Mais dans un contexte où il manque toujours 1 million de logements, cette hausse n’est-elle pas inéluctable ? Non, car il existe une alternative. Au lieu de clouer au pilori la maison individuelle (forme urbaine n° 1 plébiscitée par les Français et seule capable de loger des familles à des prix accessibles), mieux vaut penser “collectivité” et appréhender la construction en secteur aménagé.


"… Car seules les opérations d’ensemble peuvent contenir le bond des constructions individuelles en secteur diffus"


La réalité du terrain le montre : seules les opérations d’ensemble peuvent contenir le bond des constructions individuelles en secteur diffus ; lesquelles, pour la moitié des ventes, selon la SAFER, concernent des terrains constructibles de moins de 1 hectare acquis par des particuliers. Au total, entre 2006 et 2014, ce sont 46 % des terres qui ont été artificialisées en métropole par les maisons individuelles et leur jardin (source : Conseil économique, social et environnemental, Rapport sur l’état de la France).


"Au final, la maison individuelle en secteur aménagé a mobilisé trois fois moins de terrains en 2016" 


Mais avec 1 770 hectares contre 5 380 hectares (source : SNAL – Adéquation, 2017), la maison individuelle en secteur aménagé a mobilisé trois fois moins de terrains en 2016 que l’individuel diffus. Plus économes en foncier, donc moins coûteuses, plus respectueuses de l’environnement et de la biodiversité, les opérations d’ensemble sont une véritable arme anti-gâchis d’espace dont il faut se saisir. Le rôle des collectivités territoriales, tant stratégique qu’opérationnel, s’avère déterminant face à cette réalité. À elles d’arbitrer pour encourager la construction en secteur aménagé, et à nous de porter haut sa vraie valeur d’efficacité.

Télécharger

linkedin Viadeo

Les cookies sont de petits fichiers texte déposés sur votre ordinateur. Certains cookies sont en place afin que le site fonctionne correctement, pour cette raison, nous avons peut-être déjà mis quelques cookies sur votre machine. Ils nous permettent également de vous donner la meilleure expérience de navigation possible et nous aident à comprendre comment vous utilisez notre site.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour analyser le trafic de notre site.

En savoir +
X